Crash d’avion au Pakistan : au moins 97 morts 

Crash d’avion au Pakistan : au moins 97 morts 

Crash d’avion au Pakistan : au moins 97 morts 
Suspendus pendant plus d'un mois pour lutter contre la propagation du nouveau coronavirus le crash a eu lieu quelques jours après que le pays a autorisé la reprise des vols commerciaux intérieurs.

Le bilan provisoire rendu public par les autorités locales, de l’accident de l’Airbus 380 qui s’est crashé ce vendredi 22 mai sur un quartier résidentiel de Karachi, la grande ville du sud du Pakistan fait état de deux survivants et au moins 97 morts. 


L'avion de la compagnie Pakistan International Airlines (PIA) était  en provenance de Lahore et transportait 99 personnes (91 passagers et 8 membres d'équipage). Il s'est écrasé sur un groupe de maisons alors qu'il approchait de l'aéroport de Karachi. On ignore encore si l’accident a fait aussi des victimes au sol. Vendredi, il semblait en être question. 


Parmi les deux miraculés du crash figure Zafar Masud, le président de la Bank of Punjab, une des plus importantes banques du Pakistan, a précisé le président de PIA, Arshad Malik.
D'après le PDG de la compagnie, l'Airbus se trouvait «en approche finale» de l'aéroport de Karachi et «la dernière fois que nous avons eu des nouvelles du pilote, il a indiqué qu'il avait un problème technique (…), on lui a dit (...) que deux pistes étaient prêtes pour l'atterrissage, mais il a décidé de remettre les gaz.» D'après le ministre de l'Intérieur Ijaz Ahmad Shah, le pilote avait indiqué avoir «perdu un moteur» puis lancé «un appel de détresse».


L'appareil, mis en service en 2004, n'était sous les couleurs de PIA que depuis 2014, d'après un communiqué d'Airbus.
Le premier ministre Imran Khan s'est dit «choqué et attristé» par la catastrophe, adressant sur Twitter ses «prières et condoléances aux familles et aux disparus». 


L'accident survient quelques jours seulement après que le pays a autorisé la reprise des vols commerciaux intérieurs, suspendus pendant plus d'un mois pour lutter contre la propagation du nouveau coronavirus. De très rares vols internationaux avaient été maintenus.