Interpellation de cinq takfiristes de la Katiba « Al Forkane » à Médenine

Interpellation de cinq takfiristes de la Katiba « Al Forkane » à  Médenine

Cinq éléments terroristes recherchés ont été arrêtés jeudi soir dans la région de Médenine, dans le sud tunisien.


Selon le ministère de l'Intérieur, ces éléments appartiennent à la Katiba « Al Forkane ». Ils ont été appréhendés dans le cadre des investigations dans l'assassinant de l'agent de sécurité Ezzeddine Belhaj Nasr et de la tentative de meurtre du député Ridha Charfeddine.

Les investigations ont révélé, aussim l'existence d'un dépôt d'armes à Sousse contenant des munitions, des pistolets à impulsion électrique et des explosifs.

Selon le département, ces individus ont reconnu avoir planifié de cibler des personnalités politiques connues sur la scène nationale à dessein d'attiser le régionalisme, déstabiliser les appareils de l'Etat et semer la panique.

Jusqu'à ce jour, 31 membres de « la cellule de Sousse » ont été arrêtés. Six autres sont toujours en cavale.

Le 8 novembre 2015, deux terroristes armés à moto ont été arrêtés. Ils transportaient une valise contenant des armes et des explosifs.

Ces individus avaient loué une maison à Messadine (Sousse) pour y cacher une grande quantité d'armes (des fusils kalachnikov, des fusils de chasse modifiés et des pistolets Beretta), en plus de munitions et d'explosifs. Ces armes ont été saisies.

L'interrogatoire a permis d'arrêter 26 autres takfiristes dont une femme, actifs dans la Katiba « Al Forkane » qui compte deux cellules dirigées par des éléments de retour de Syrie et regroupant des membres impliqués dans les évènements terroristes de Soliman (2006).

Trois éléments de la Katiba ont avoué à la police avoir tenté d'assassiner le député Ridha Charfeddine par un Beretta 9mm.

D'autres membres de la même Katiba ont reconnu leur implication dans le meurtre de l'agent de sécurité Ezzedine Belhaj Nasr, le 19 août 2015 à Sousse. Ils ont avoué, aussi avoir planifié l'assassinat d'un deuxième sécuritaire à Sousse.

Le ministère de l'Intérieur annonce que tous les individus arrêtés ont été déférés devant le parquet.